Nouvelle approche du ministre de l'habitat

Pour concrétiser le programme du plan quinquennal

Source | 21/12/2011
Nouvelle approche du ministre de l'habitat

BORDJ BOU ARERIDJ - Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Noureddine Moussa, a affirmé, lundi à Bordj Bou Arreridj, que son département "a changé son fusil d’épaule", dans la conduite des projets, pour permettre "une meilleure concrétisation du programme quinquennal 2010-2014".

S’exprimant au cours d’une conférence de presse tenue à l’issue d’une visite de travail et d’inspection dans cette wilaya, le ministre a affirmé que son département a décidé d’une finalisation "massive" des études de réalisation des logements, notamment, avant d’entamer les opérations de construction. Il a affirmé, dans ce contexte, que durant l’année 2011, il a été procédé au lancement des études pour la réalisation de 300.000 logements, tous segments confondus, contre 190.000 études l’année précédente.

Ce nouveau "mode opératoire" sera en mesure d’assurer une "courbe ascendante" aux différents programmes de réalisation de logements inscrits dans le cadre de ce quinquennal, a souligné M. Moussa, faisant part de l’impact de ce procédé qui devrait permettre de dépasser "de loin" le seuil de livraison de logements fixé à 250.000 unités par an durant toute la période de ce quinquennat.

Les études d’urbanisme effectuées au niveau local seront désormais examinées et évaluées par les inspections régionales de l’urbanisme qui veilleront à ce que les plans d’études "soient entièrement finalisés et soigneusement ficelés", a en outre souligné le ministre, affirmant que son département "ne dépensera plus aucun budget si les ces études ne sont pas validées et approuvées par ces instances régionales au nombre de neuf".

Rappelant la volonté de l’Etat "d’assurer un toit décent à tout demandeur de logement, chacun selon ses moyens", M. Moussa a indiqué que l’octroi de logements "‘a été depuis déjà un bon moment soumis à des critères de contrôle rigoureux qui ne laissent aucune chance aux éventuels fraudeurs qui veulent faire de ce volet, purement social, un fonds de commerce de bas étage". Le ministre a ajouté, dans ce contexte, que le logement public locatif "appartient à l’Etat et que sa sous-location est interdite par la loi autant que sa cession".

S’agissant de la gestion des espaces communs des logements à caractère social, le ministre a indiqué que les promoteurs qui ont construit ces groupements urbains sont considérés comme partie prenante dans l’opération de préservation de ces espaces communs pour lesquels ils seront désormais liés par un contrat de gestion de deux années. Dans ce même contexte le ministre a affirmé que la préservation du parc immobilier de l’Etat "doit absolument impliquer les citoyens qui sont les premiers à sauvegarder leurs biens et leur cadre de vie".

A son arrivée à Bordj Bou Arreridj, M. Moussa avait pris connaissance de la situation de son secteur dans cette wilaya. Cette dernière a bénéficié, au titre des deux programmes quinquennaux 2005-2009 et 2010-2014, d’un important programme de 67.000 unités, tous segments confondus, soit l’équivalent de la moitié du parc de logement existant, selon des précisions fournies au ministre. Sur cet important lot, 27.000 unités ont été achevées, 13.300 autres sont en cours de réalisation, tandis que plus de 26.000 logements sont en cours de lancement.

Le ministre s’est également rendu dans la commune de Bir Kasdali où il a inspecté le projet de réalisation de 300 logements destinés à la résorption de l’habitat précaire (RHP), avant de se diriger vers la commune de Sidi Embarek où il a visité un programme de réalisation de 901 logements ruraux.

Dans la commune de Bordj Bou Arreridj, le ministre a procédé à la pose de la première pierre d’un projet de 200 logements publics locatifs, puis inspecté le projet de réalisation de 250 logements sociaux participatifs sur la route de Bir Snab. Le ministre a également inauguré un lycée de 1.000 places situé sur la route de Zemmoura, dans la commune de Bordj Bou Arreridj.

Habitat : la concrétisation du quinquennat 2010-2014 ne souffre d’aucun déficit en matière de foncier (ministre)

Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Noureddine Moussa, a affirmé lundi à Bordj Bou Arreridj, que la concrétisation du programme quinquennal 2010-2014 en matière d’habitat "‘ne souffre d’aucun déficit en matière de foncier".

Le décret exécutif relatif à la distraction de terrains agricoles pour la réalisation des logements et des équipements publics inscrits dans le cadre de ce programme quinquennal a "largement contribué à la domiciliation des projets notamment dans les wilayas où l’expansion populaire est de plus en plus constatée", a ajouté le ministre dans une déclaration à l’APS.

Le ministre a souligné, dans ce contexte, que toutes les contraintes liées à l’indisponibilité du foncier ont été "entièrement levées" et que le programme de réalisation de logements et autres équipements publics inscrits dans le cadre de ce quinquennat sera "lancé et achevé dans les délais impartis".

Les responsables locaux doivent toutefois intervenir à leur tour par des initiatives d’ordre technique et organisationnel pour circonscrire le problème de déficit de foncier, a ajouté M. Moussa, précisant que la rationalisation dans l’utilisation des assiettes foncières reste malgré tout une urgence.

Par ailleurs, le ministre a indiqué que des enveloppes financières seront accordées aux wilayas pour procéder à la réfection des façades d’immeubles classés et répertoriés en tant que vieux bâti à préserver.

A lire aussi...