Quand l’immobilier surfe sur le web pour éviter de se noyer

Source | 20/04/2009

L’effondrement de l’immobilier fait des dégâts collatéraux sur Internet : le site Meilleurtaux.com, qui permet aux internautes de calculer le coût de différents crédits, a par exemple enregistré une perte de 13,8 millions d'euros sur l’année dernière, se posant un temps la question de sa dissolution d’après l’AFP.

Mais d’autres internautes ont décidé de surfer sur la vague immobilière et de créer des sites innovants et pratiques pour aider les acheteurs, les vendeurs et les locataires à doper leur pouvoir d’achat immobilier. A défaut de sauver le marché immobilier, Internet peut-il venir au secours du pouvoir d’achat des propriétaires, des acheteurs et des locataires ? Rencontres immobilières, visites virtuelles et même « Facebook de l’immobilier », tous les moyens sont bons pour renouveler le marché.

D’après le baromètre Meilleurs Agents relayé par le magazine économique Challenges, le prix du mètre carré à Paris, ville la plus chère de France, aurait baissé de plus de 7% au premier trimestre 2009. Une aubaine ? Pas pour tout le monde : selon la FNAIM, les délais de vente s’allongent de plus de 150 jours ! C’est entre autres pour permettre à l’offre et à la demande de se rencontrer plus vite qu’Emmanuel de Lera a créé un site de visites d’appartements en ligne, Dappartapart, permettant de s’éviter les déplacements inutiles. « L’objectif de cette chaine est donc de proposer un support 100 % entres particuliers, via un flux vidéo en streaming » En fait de vidéos, il s’agit surtout de diaporamas de photos, mais 500 personnes ont été séduites chaque jour depuis janvier 2009. «Les personnes en recherche d’un bien immobilier éliminent les annonces non illustrées » souligne Emmanuel de Lera, qui assure qu’un passage sur son site permet de vendre plus facilement et plus rapidement votre appartement « Si vous pensez qu’une visite est gratuite, vous vous trompez : ne pas se déplacer pour rien, c’est aussi économiser de l’essence par exemple. » Le site est en croissance perpétuelle et pour cette année, l’objectif de recrutement est de 150 commerciaux dans toute la France. Avis, au passage, à ceux qui cherchent du travail !

Dans un autre genre, Drimki.fr est le premier site « de rencontres immobilières ». Le site, fondé par une équipe d’experts du web, a même reçu le soutien de deux des fondateurs de Kelkoo en tant que business angels. Il permet avant tout de faire évaluer votre bien par des acheteurs potentiels de façon anonyme grâce à un « test avant vente ». Drimki.fr propose aussi un graphique des prix de l’immobilier en temps réel ou presque et de nombreux services « tournés vers le client ». Ici, les annonces sont plus que complètes : Année de construction, état de la toiture, vue globale, prix au mètre carré, plan interactif vous permettant de vous promener virtuellement dans la rue, qualités, nombre d’écoles et de lycées aux alentours et même nombre de stations Vélib’ le cas échéant ! De quoi satisfaire au plus vite les acheteurs les plus exigeants « Les informations pratiques sur le quartier sont primordiales et permettent de s’éviter une visite pour rien et de faire un vrai premier tri » affirme Louise, en recherche d’un 3 pièces bon marché depuis trois mois. Gros avantage, on y trouve aussi une évaluation précise des coûts annexes : le montant de la taxe foncière et des charges sont indiqués, ainsi qu’un état des lieux approfondi (baignoire état moyen, fenêtres neuves).

L’état des lieux, justement, un souci majeur pour les locataires. De nombreux propriétaires, de bonne foi ou pas, retiennent des frais considérables sur le dépôt de garantie. Même si celui-ci a été ramené de 2 mois à 1 mois de loyer depuis la loi du 25 mars 2009, sa restitution est attendue avec impatience par les locataires sur le départ : les propriétaires disposent de 2 mois pour la rendre, au-delà de ce délai, le locataire touchera des intérêts. C’est une des informations délivrées par le site Sauvermacaution.com, créé il y a 10 mois par une société spécialisée dans les états des lieux à Lyon, Lookimo. Elodie Lopez, une des fondatrices, « constatait au quotidien que les locataires manquaient d’informations précises, sans parler des fausses rumeurs ! » Sauvermacaution.com réunit entre autres tous les articles de loi sur la location et l’entretien d’un bien immobilier et délivre de multiples conseils pratiques sur la façon de réaliser un état des lieux complet. Mais elle précise : « Nous avons créé un site d’aide et de conseils, pas un site sur lequel chaque partie peut trouver une arme pour attaquer l’autre ! »

Des sites web innovants destinés à déjouer la crise immobilière ou à aider les acteurs du marché à en tirer profit naissent tous les jours. On peut mentionner Efficity, la « première agence immobilière low cost » qui promet aux vendeurs d’économiser jusqu’à 30 000 Euros grâce à ses frais réduits ou Keltoa, un réseau social qui se veut « le Facebook de l’immobilier ». S’agit-il d’un dernier souffle juste avant une reprise ? Selon un rapport américain relayé par le site Boursier.com, l’indice du marché immobilier aurait remonté de 5 points le mois dernier aux Etats-Unis.